Mis en vente le jeudi 18 novembre 2021, le Beaujolais nouveau est un vin jeune qui se boit immédiatement après la vinification. Prix, goût, histoire, fabrication et conservation, tout savoir du phénomène !

La cuvée 2021 du Beaujolais nouveau est attendue pour le jeudi 18 novembre 2021. Le Beaujolais nouveau est un vin jeune appelé « primeur ». On entend par là qu’il provient de grappes de raisins récoltées dans l’année. D’une belle couleur rouge, assez limpide, le primeur se distingue par des arômes dits « amyliques ». Cet adjectif renvoie à des goûts acidulés. Des levures sont utilisées pour renforcer l’un ou l’autre de ses arômes. Mais, de plus en plus, les producteurs essaient de donner un goût de fruits rouges plus prononcé au Beaujolais nouveau.

Quel goût a le Beaujolais Nouveau 2021 ?

Le Beaujolais Nouveau 2021 sera-t-il à la hauteur de la dernière cuvée qui était très bonne et au goût fruité ? L’arôme de banane d’il y a plusieurs années semble bel et bien enterré. Le Beaujolais Nouveau est devenu avec les années plus rond et plus aromatique, selon l’avis des consommateurs comme des vignerons. Les raisins qui servent à le fabriquer sont en effet plus gorgés de sucre sous l’effet du réchauffement climatique. On retrouve donc naturellement un vin plus structuré, moins acide et plus conforme aux attentes des consommateurs.

Le plus souvent accompagné d’une bonne assiette de charcuteries et de fromages, le Beaujolais nouveau se déguste agrémenté de charcuteries et de fromages ou infusé dans un bon petit plat d’andouillettes, par exemple. Pour trouver le restaurant qui participe à l’opération, référez-vous à la liste des Bistrots Beaujolais. Pour se procurer des bouteilles, la plupart des vignerons pratiquent le click and collect, qui permet la commande en ligne puis le retrait en magasin, ou la livraison à domicile. Retrouvez-les sur la liste des Maisons & domaines du Beaujolais.

Quel est le prix du Beaujolais nouveau ?

Comme les autres vins, les tarifs des cuvées du Beaujolais varient beaucoup. Ils restent cependant modestes puisque ces bouteilles ne se gardent pas et que leur cote ne grimpe donc pas avec les années. Chez les cavistes ou en supermarché, vous trouverez du Beaujolais en vente entre 5 euros et 7 euros environ. Ensuite, le tarif peut monter jusqu’à 9 ou 10 euros la bouteille. Le prix du Beaujolais est évidemment plus élevé si vous vous rendez dans un bar ou un restaurant. Dans ce cas, comptez entre 10 et 35 euros la bouteille.

Connaissez-vous les origines de ce vin si célèbre en France et à l’international ? Savez-vous comment le Beaujolais nouveau est fabriqué et conservé ? Retrouvez les réponses à toutes ces questions dans notre dossier ci-dessous.

Comment est fixée la date du Beaujolais nouveau ?

La date de sortie du vin primeur est fixée depuis 1985. Entre 1951 (date de la naissance de l’appellation  » beaujolais nouveau « ) et 1967, cette date a beaucoup fluctué. Puis de 1967 à 1985, elle était fixée au 15 novembre. Mais ce calendrier fixe ne convenait pas forcément aux producteurs, notamment parce que la « fête » tombait parfois sur un week-end. Cela fait plus de 30 ans aujourd’hui qu’on célèbre le « beaujolpif » le 3e jeudi de novembre. Cette année 2021, il sort le jeudi 18 novembre.

Pourquoi le Beaujolais est un jeudi ?

Ainsi en 1951, l’Union viticole du Beaujolais demande la possibilité de vendre ses vins « en primeur », avant la date du 15 décembre. … C’est depuis 1985 que la cuvée arrive tous les troisièmes jeudi du mois de novembre, à 00h00, la fête du Beaujolais nouveau prend plus d’ampleur chaque année depuis cette date.

Quelle est l’histoire du Beaujolais nouveau ?

Pourquoi est-il dit « nouveau » ? Le Beaujolais est un vin relevant d’une « appellation d’origine » (« contrôlée » ou « protégée », AOC et AOP). Initialement, ce type de vins ne pouvait être commercialisé qu’à partir du 15 décembre. Mais les producteurs ont obtenu une dérogation à ce principe en 1951, avançant la date de commercialisation. C’est donc un « Beaujolais nouveau » qui était disponible prématurément. Il faut souligner que si le Beaujolais est disponible aussi rapidement après les vendanges, c’est notamment en raison de son processus de fabrication, dans lequel seuls 4 jours sont nécessaires à la macération du vin.

Comment est apparu le phénomène ? L’événement a même dépassé nos frontières : on retrouve le célèbre vin français dans le monde entier, en premier lieu aux Etats-Unis et en Asie, où il est très apprécié. Pourtant, si l’arrivée du beaujolais nouveau est espérée par tous ceux qui attendent une bonne occasion de faire la fête, les amateurs de vin n’en relèvent que très rarement la qualité et la profondeur du goût… C’est que le « beaujolais nouveau » est devenu en l’espace d’une trentaine d’années un véritable produit marketing. Cet automne encore, les affiches à sa gloire égaient les devantures des bistrots et nombre de restaurateurs actualisent leur carte le temps de l’événement.

Comment en est-on arrivé là ? Tout commence en 1951, lorsque les régions productrices de vin à consommation précoce sont autorisées à commercialiser immédiatement leurs produits sur le marché. Le vin primeur des AOC Beaujolais et Beaujolais Village va profiter de cet arrêté pour être distribué et bu en quelques semaines après la fin des vendanges. Auparavant, les débitants de vin de la région lyonnaise avaient l’habitude d’acheter ce vin à peine fermenté directement dans les vignobles du coin pour les revendre à leurs clients. Une habitude qui va vite se perdre avec l’extension du marché. Les lois de 1967 et de 1985 fixent les dates officielles de sa commercialisation : d’abord le 15 novembre à minuit, puis le troisième jeudi du mois de novembre. Dès lors, le beaujolais nouveau devient synonyme de premières dégustations de l’année et une occasion de se retrouver autour d’un verre.

Dans les années 1980, les producteurs prennent conscience du filon commercial : d’une boisson modeste, peu chargée en alcool, ils ont cherché à faire un produit plus tendance, avec pour objectif de faire ressortir les arômes de fruits rouges. Le recours aux levures artificielles pour accentuer les goût de banane ou de violette, la macération préfermentaire (pour colorer et aromatiser le vin) et la chaptalisation (procédé qui consiste à ajouter du sucre pour faire monter le taux d’alcool) deviennent presque systématiques chez les viticulteurs. Résultat : le beaujolais nouveau se standardise et, par la même occasion, se répand dans le monde entier. Annuellement, 54 millions de bouteilles sont exportées dans le monde, dans plus de 110 pays. Pourtant, depuis quelques années, certains producteurs de Beaujolais souhaitent faire marche arrière et revenir à des procédés plus naturels et traditionnels afin de retrouver les saveurs originelles du gamay noir, le cépage utilisé pour ce vin. Mais il sera difficile pour les producteurs du Beaujolais de se détacher de cette image marketing qui a fait la renommée de la région et du vin pendant des décennies.

Quel est le procédé de fabrication du Beaujolais nouveau ?

Cette année, le Beaujolais Nouveau est apparu le 21 novembre  

L’appellation Beaujolais nouveau répond à des critères bien précis et à un cahier des charges à suivre à la lettre par les producteurs. Il faut ainsi que la macération des grappes, entières (donc récoltées à la main) soit effectuée par la méthode dite « carbonique », en quatre jours, ce qui procure au vin des arômes de fruits frais et une faible présence de tanin. Le beaujolais nouveau doit bien sûr être produit dans l’aire d’appellation des beaujolais et beaujolais villages, située dans le nord du Rhône et le sud de la Saône-et-Loire (sur une centaines de communes, dont celle de Beaujeu, la capitale « historique » du Beaujolais nouveau). Le cépage utilisé est très essentiellement le Gamay N, mais la législation autorise 15 % de cépages accessoires, comme le chardonnay, le pinot noir et gris, l’aligoté ou le melon.

Combien de temps se conserve le Beaujolais nouveau ?

Au-delà de quelques semaines, le vin primeur disparaît des rayons. Et pour cause : le Beaujolais nouveau n’est pas un vin de garde. Il se conserve maximum 6 mois. Pas besoin donc de chercher une place au frais dans votre cave pour ces bouteilles : mieux vaut les boire rapidement !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :